Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : en chemin
  • en chemin
  • : le blog a pour objectif de faire passer l'autre;partager le savoir et déceler les nouvelles.
  • Contact

Profil

  • Redouane joual
  • en tant qu'écrivain débutant j' adore écrire des articles et les partager avec le public
  • en tant qu'écrivain débutant j' adore écrire des articles et les partager avec le public

Texte Libre

           

Horloge & calendrier

music


 
 
 
المزيد من القنوات | Watch more Tv

Pages

en ligne

           Compteur de visiteurs en lignes

Catégories

visitor location

           Visitor locations

Locations of visitors to this page

Texte Libre

le blog est un excellent outil pour le savoir

20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 00:00

FIOAvant d'être auteur de best-sellers, Paulo Coelho a été dramaturge, metteur en scène et compositeur populaire pour deux stars de pop-music brésiliennes. Il a également travaillé comme journaliste et scénariste pour la télévision. Ses ouvrages - 'L'Alchimiste', 'La Cinquième Montagne', 'Onze minutes'... - occupent les meilleures places des ventes dans les listes internationales. Son secret ? Ce n'est pas tant une écriture exceptionnelle qu'un véritable don et un talent immense pour évoquer de manière évidente, sans considération religieuse, l'Homme, le monde et les rapports qui les unissent. Proche de ses lecteurs par les thèmes qu'il aborde, il leur parle, il les aide et les touche au point qu'en 1999, d’après une enquête du magazine Lire, Paulo Coelho est le deuxième auteur le plus vendu au monde. Son oeuvre développe les thèmes de son propre apprentissage et restitue une spiritualité complexe dans les termes simples et des formes diverses. Aujourd’hui, Paulo Coelho est un homme honoré et une figure internationale de la scène littéraire. Au Brésil, il s’est vu récemment décerner une place à l’Académie des lettres - l’équivalent de notre Académie française. Il a également créé une fondation pour le soutien des défavorisés au Brésil et s’investit dans de nombreux programmes humanitaires dans le monde, notamment pour l’Unesco.

 

                                  https://mega.co.nz/#F!jk5zmZjK!RqJGiQ4zOAE-JMg4GHdyKg            ou                                                         http://freebiblio.over-blog.com/collection-d-ouvrages-de-paulo-coelho

Source: http://freebiblio.over-blog.com/collection-d-ouvrages-de-paulo-coelho - See more at: http://chooff.fr/telecharger-gratuitement-collection-douvrages-de-paulo-coelho-free-epub#sthash.POvKxGxw.dpuf

 

Source: http://freebiblio.over-blog.com/collection-d-ouvrages-de-paulo-coelho - See more at: http://chooff.fr/telecharger-gratuitement-collection-douvrages-de-paulo-coelho-free-epub#sthash.POvKxGxw.dpuf
Repost 0
Published by Redouane joual - dans le partage du nouvel
commenter cet article
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 02:05

     GGGGje suis fort Keynésien et voilà mon avis# Il y a beaucoup de problèmes et encore peu de solutions# hors doute le monde en « transformation structurelle » posait plein de questions nouvelles avec conceptions  profondes voire inédites;ce qui retomba une compétition entre multiples économistes .Il y avait, naguère, trois écoles de pensée économique : l'école classique (on dit libérale en France) de Smith à Hayek, l'école marxiste et l'école keynésienne. La deuxième a disparu avec l'effondrement du communisme sauf chez quelques archéo latino-américains ou français mais la profondeur des outils d'analyse du penseur allemand reste reconnue par beaucoup. Demeurent deux écoles qui louent le marché mais s'opposent sur son efficience et sa capacité d'autocorrection. Une « synthèse » entre les deux fut un moment trouvée, elle a volé en éclats il y a trente ans, avec le triomphe du libéralisme.   Le libéralisme a protégé des petits chocs mais pas des gros (la finance),cela est évident via les crises soit économiques soit finacières ;le premier coup que reçoit les classiques se date en 1929 ;marque l’inefficacité d’une politique fondée sur l’offre crée sa propre demande et la main invisible balance le marché .face aux problèmes survenues de cette politique ;le substitut était hors douteJohn Maynard Keynes . ;le fondateur de la macroéconomie moderne.refuse le principe de l’Etat gendarme….. ; Il faut réfléchir moins à la monnaie et plus aux circuits du crédit. Il faut trouver manière à limiter la volatilité (la précarité) et les inégalités. Il faut, plus globalement, utiliser des outils plus nombreux et plus complexes contrairement au libéralisme qui se borne à fixer le taux d'intérêt à court terme et à s'en remettre pour le reste au laisser-faire.

Il faut regarder sous l'eau et mettre en place des politiques préventives que les économistes nomment « prudentielles ». mais ils ont le défaut d'être grossiers et d'assécher le crédit donc la croissance. Il faudrait les faire dépendre de l'état de la conjoncture. La politique budgétaire se dessine, elle aussi plus consensuelle et plus complexe : la dette fragilise la croissance, mais plus dans certains pays que d'autres. La réduction de cette dette est nécessaire. Mais la baisse des déficits doit faire l'objet d'engagements crédibles de moyen terme pour soulager la croissance à court terme.

 

Cette nouvelle politique économique, pragmatique, prudente, affinée, fait l'objet d'un consensus croissant.). Les économistes ne se battent entre eux que dans les journaux. Dans leurs écrits, ils disent, modestement, la direction à prendre. Leur problème est aujourd'hui que « pour des raisons politiques ou idéologiques, leurs recommandations ne sont pas mises en application » par les gouvernements. Le savoir des économistes, le courage des politiques. Molière ou Corneille ?

 

Repost 0
Published by Redouane joual
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 03:22

ll

 L’éducation est hors doute moteur de développement et indispensable à la croissance. Certes le changement que connait le monde incite les responsables non seulement du système éducatif ; mais ceux de politique à se mouvementer pour améliorer l’apprentissage ; surtout en Afrique ; notamment les pays subsaharienne. Pour ce faire ; la banque mondiale a mis en pied une stratégie dés l’année 2000 jusqu’au 2020.  L’objectif de cette stratégie est l’apprentissage pour tous ; à savoir les enfants et les filles en âge de scolarisation tout en y assurant un bon apprentissage. Ainsi ; la banque mondiale a offert les moyens nécessaires au pays en développement pour assurer un bon fonctionnement du processus. L’apprentissage pour tous signifie qu’il faut veiller à ce que tous les élèves, pas seulement les plus aisés, acquièrent les connaissances et aptitudes dont ils ont besoin pour mener une vie heureuse et productive. Cette volonté vise à lancer un message urgent aux pays mal développés (pays marginalisés) et ceux en développement ; de construire les établissements et encourager l’enseignement à travers, la politique de valorisation des enseignants et un soutien sous forme de prime aux familles diminues voire sortir de l’état actuel. En réalité ; certains pays en Afrique de sud n’est ni sérieux ni clair dans ses stratégies de réforme ; leur système est en décadence. Prenant le cas du Maroc ; parmi 156 pays ; le Maroc s’est classé au rang 129. En 2007 le rapport de l’Unesco ;sur l’enseignement ; venait le classer parmi les derniers dans le monde arabe. En vérité ; plusieurs expériences ont été mené ; d’une tentative ; de pallier ce malade système éducatif marocain ; mais les efforts déployés restent inefficaces et vains. Le royaume chérifien ne savait pas si elle voulait réformer ou renforcer son système éducatif ?   Réformer, c’est savoir établir l’équilibre entre les contraintes liées aux capacités nationales de mise en œuvre et l’économie politique du pays stratégiques avec un dialogue susceptible de faciliter l’apprentissage entre les pays partenaires et les organisations ; Il ne suffit pas de réussir au plan des détails techniques ; mais oser à faire des choix pertinents en passant par la décision participative afin d’éviter un individuel choix. Amine un enseignant au rural déclare : il n’est pas logique d’adhérer plusieurs niveaux à un seul enseignant ; qui enseigne l’arabe et français ; c’est mauvais et insupportable ; l’Etat ne veut pas relever leur manche pour apporter un remède à ce phénomène qui aboutit à des résultats vains et inutiles et handicape le bon apprentissage. Or ; renforcer les systèmes éducatifs, c’est harmoniser la gouvernance de ces systèmes, la gestion des écoles et des enseignants, les règles de financement et les mécanismes d’incitation en ayant en ligne de mire l’apprentissage pour tous. Ce renforcement passe aussi par la mise en place d’un système transparent de remontée de l’information entre le financement (l’aide internationale y comprise) et les résultats.

Malgré les interventions de la banque mondiale et les tentatives de réforme qui vient se démarrer aux pays mal développés ; milliers d’enfants, l’ignorance occupe leur esprit et travaille leur corps.

  

Repost 0
Published by redouane
commenter cet article
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 13:29

n

Récemment, l’ancien vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères allemand Joschka Fischer faisait le constat suivant dans une tribune : « Nous avons tous tendance à refaire éternellement la même erreur. Au début d’une révolution, nous pensons que la liberté et la justice ont vaincu la dictature et la barbarie. Mais l’histoire nous enseigne que ce prélude n’augure en général rien de bon. » À bien des égards, la tournure prise par les événements depuis l’immolation par le feu, en décembre 2010, d’un jeune vendeur à la sauvette tunisien, et les manifestations qui s’en sont suivies dans les rues arabes, ne fait que confirmer cette sombre prédiction.

Pour certains, le fameux « printemps » arabe a déjà viré à l’hiver. Si l’histoire ne bégaie pas forcément, il va quand même falloir un sérieux réveil économique dans ces pays pour éviter que l’avenir ne tourne à la tragédie. Faute de fondamentaux économiques solides, et en l’absence de croissance et d’emplois de qualité pour les millions de jeunes hommes et femmes en quête d’un travail et d’un niveau de vie décent, la transition démocratique risque bien d’avorter. Les nouveaux dirigeants arabes doivent articuler, avec leurs partenaires étrangers, une vision économique ambitieuse et se donner les moyens de sa réalisation. Tel est le message au cœur d’un ouvrage que la Banque mondiale vient juste de publier et que, pour les raisons que je viens d’évoquer, mes collègues et moi-même, à l’origine du projet, avons intitulé Du réveil politique au sursaut économique dans le monde arabe : la voie de l’intégration économique.

Les modèles de développement adoptés dans le passé par bon nombre de gouvernements arabes, de Tunis au Caire en passant par Tripoli, n’ont pas su installer cette croissance durable et sans exclus que les populations appelaient de leurs vœux. Les pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) ont échoué à favoriser l’émergence d’un secteur privé dynamique, opérant à l’international et capable de s’en sortir sans subsides de l’État tout en offrant à la jeunesse des emplois productifs. Le signe révélateur de ce « mal-développement » ? Le fait qu’à l’exception de son secteur pétrolier, la région MENA reste la lanterne rouge de la planète en termes d’intégration commerciale. Pour dire les choses autrement, la totalité de ses échanges n’atteignent pas le niveau de ceux de la Suisse. Par conséquent, seule une augmentation des échanges et des investissements directs étrangers (IDE) permettra aux pays arabes de s’engager sur la voie d’une croissance durable et d’une prospérité partagée. De plus et à l’inverse de tant d’autres instruments politiques, le commerce et l’investissement peuvent fournir à relativement brève échéance des résultats tangibles.

Pour forger une vision à long terme d’un espace économique plus intégré autour du bassin méditerranéen, les nouveaux dirigeants des pays arabes, en concertation avec leurs partenaires commerciaux, auraient intérêt à considérer les cinq axes prioritaires suivants :

  1. Ils doivent s’adapter à un paysage en constante évolution en termes d’échanges, d’IDE et d’emplois, où le commerce est de plus en plus un « commerce de tâches », les chaînes de valeur sont mondialisées et les réseaux de production intégrés. Ce premier point exige de repenser les instruments du commerce et de l’IDE en place pour les mettre au diapason du XXIe siècle ;

  2. Ils doivent faciliter l’exploitation des marchés intérieurs et d’exportation, en abaissant les barrières à l’entrée et en réduisant les coûts qui échappent au contrôle des entreprises (pannes d’électricité récurrentes ou conditions logistiques médiocres) et qui plombent leur compétitivité. Il faut pour cela renforcer le régime des IDE, améliorer l’environnement des affaires, s’atteler à la gouvernance économique et favoriser l’économie du savoir ;

  3. Ils doivent réduire les coûts associés à l’acheminement des biens dans les chaînes d’approvisionnement internationales, aussi en termes de temps que d’argent ou de fiabilité. Il existe des marges de gain considérables grâce à la modernisation des services de facilitation des échanges et au développement de la finance commerciale ;

  4. Ils doivent atténuer les effets de répartition à court terme de l’ouverture économique et de la mutation technologique. Les mesures à prendre comprendront le ciblage des politiques sociales, la promotion de la participation économique des femmes et l’intégration aux marchés des régions à la traîne ;

  5. En échange, les pays du G8, la Turquie, les États du Golfe et d’autres partenaires commerciaux pourront soutenir la transition des pays arabes vers la démocratie de deux manières : en élargissant les débouchés commerciaux et l’accès aux marchés et en prônant des réformes réglementaires dans les pays de la région MENA. Un meilleur accès aux marchés pour les produits agricoles, les biens manufacturés et l’énergie solaire, la rationalisation des mesures non tarifaires ou encore la libéralisation des services font partie des options envisageables pour doper les échanges et l’investissement dans les pays arabes.

     

Comme le soulignait encore M. Fischer dans sa tribune, « les risques inhérents à l’action comme à l’inaction sont bien réels. » La Banque mondiale a mis sur la table un ensemble de mesures politiques concrètes, de court et long termes, pour favoriser l’avènement d’un Printemps économique arabe. L’enjeu n’est rien moins que le succès d’une transition politique historique dans la région.

Nous consacrerons d’autres billets à ce réveil économique.

                       d'aprés:Jean- Pierre chaffour;économiste chez banque mondiale

Jean-Pierre Chauffour

Repost 0
Published by Jean-Pierre Chauffour - dans économie
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 15:54

Suite
aux mouvements qui s’écoule dans les pays arabo-musulmane ; on a
assisté ; bien entendu ; au travers les médias ;qui joue un rôle
primordiale ; un certains nombre de manifestation mené par les jeunesses. la
Tunisie ; l’une des pays du Maghreb arabe ;était en tête ;grâce  au défunt Bou3zizi ;qui brûla son corps devant le
public.la révolution Tunisienne  datant
le 14 janvier 2011 ;donnera en suite une flambée aux autres pays voisins
telle  Libye ;Egypte…..

En
partie ; ces révolutions aboutissent à des  résultats ; ceux de la chute de certains
régimes cruels voire dictatures ; en contrepartie des milles victimes innocents
(enfants ; jeunes ; vieillards) ont péri ;  dans un vide d’absence d’une stratégie
planifiée de sécurité  qui donnera
ensuite libre cours à l’anarchie.

Mon
objectif est de ne pas se lancer dans les détails ; mais plutôt de mettre
l’accent sur la sphère du Maghreb arabe.

L’Afrique
du nord inclut cinq pays ; à savoir Maroc ; Tunisie ; Libye ;
Algérie ;

Mauritanie.ces
pays porte le nom du Maghreb arabe ou encore le Maroc grand.

Malgré
les points communs telles la race ; la langue ; la religion ; les
traditions ;……qui forment un lien essentiel entre eux ; chaque nation
préfère vivre dans son coin ; sans un minimum d’effort enregistré. Sans
doute ; les événements enregistrés au niveau de la région ; nous
apprend que plusieurs conflits se réputent ; notamment ; entre l’Algérie
et le Maroc

A
propos de Sahara. Ce conflit est un véritable obstacle entre les deux pays.

Avec  l’évolution de vie et l’essor de nouvelles
générations voire printemps arabe et la victoire de certains parties
islamistes. face à cette aubaine ; les gens qui tient la décision vient ré
allumer  la place politique ;.

Cette
fois ci ; est différent ; tous les parties ont un amour saine d’établir
le projet de l’union maghrébine. Cela débuté par le nouveau président Tunisien
Moustapha Elmarzoukki ; qui faisait une visite solennelle chez les pays
voisins ; en leur explorait son point de vue.

Comment peut on construire ce projet sachant
que de multiples conflits ; encore ; surgissent ; et d’autres
constituent l’origine ?

En
vérité ; beaucoup d’efforts doivent être octroyés ; afin de commencer
une nouvelle page ; en essayant de rendre considération à la présente
génération et avoir espoir à l’union. Tant de volonté tant de performance moins
de racisme moins d' exécration.



Repost 0
Published by redouane
commenter cet article
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 15:43

Vers midi du mardi 26 juillet ; j’ai fait le thé  à la menthe ;
je le préparais bien et avec beaucoup d’attention. Je sortis en tenant un verre ; je me suis dirigé sous un bouquet d’arbres constituant une surface d’ombre. L’ombre est-elle l’ennemi  de  la lumière ? Mais l’arbre est-il ennemi du soleil ? Ces questions me vinrent dès que je m’assis au sein de l’ombre. Non je suis stupide. Non. Mon vertige s’en va et je ne savais pas ce que je disais. Je continuais à boire le thé. Je vis loin, dans les éclats du passé, les jours néfastes et les séries noires du souvenir ; un présent pas mal et un avenir de souhaits. La détresse ; la solitude suinta et communiqua avec moi et le coin de ma chambre. Un mirage porta une femme belle. Je la vis ; je cours ; je la vis. Elle s’absenta et je tombai comme un petit oiseau pris de vertige. Cette femme est ma mère qui nous quitta sans nous dire au revoir. Un abandon précoce et malheureux qu’on ne tolère pas ; la fatalité. Cette femme est fortune de la pitié ; preuve de mon existence ; symbole de ma discipline. Son image se glisse sous toutes les formes ; où mon esprit voudrait la fuir ; se colle avec moi et reparaît dans mes rêves sans me parler. Ce rêve me constitua un ami intime qui porta les formes des images perdues ainsi redonna espoir à mon univers clos. Alors pour échapper aux traces de la souffrance ; au vide de mes parents, il faut non seulement être fort, mais il faut avoir une assez grande réserve d’humour et de patience.      

 

 

corrigé par Margareth;amie

 



Repost 0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 16:53

 

Ma vie...ma vie...ma
vie ne suis qu'un échantillon des millions de vies de mes semblables, et
synonymes  si je peux dire. Une vie monotone, pas de nouvelles, le même scénario
se répète, les même visages, les même gestes,... Je ne sais pas pourquoi, est
ce que c'est moi qui ne change pas? Est ce que les autres qui ne changent pas?
Est ce que ma mentalité n'est pas conforme aux autres? Ou bien les autres ne
sont pas conformes a mes désirs, mes petits rêves, mon ambition
mon...,ma...,mes...?. Je ne sais pas quoi faire même si j'essaie de tout faire,
je ne sais pas comment me satisfaire même si j'essaies toujours de satisfaire
les autres, les rendre heureux et les rendre contents de mes plaisirs.



Parfois j’ai senti des petits moments de bonheur, mais
pas comme les autres...du bonheur qui manque beaucoup de choses, du bonheur auquel il
manque un goût. Du bonheur limité en quelques secondes; au plus elles peuvent
être minutes, limité avec quelques personnes, limité en quelques situations.
Soudain je me trouve de nouveau dans ma solitude, a qui je parle? Avec qui je
partage mes sourires, mes sentiments, mes idées, mes larmes, et en plus ma
solitude? Qui veut être seul avec moi? Qui veut vivre dans mon monde? Personne ;
je sais, c'est pas la peine de répondre, c'est pas la peine de chercher une
réponse, c'est pas la peine de combiner une réponse..............c'est à moi de
vivre cette solitude. C'est très grave de sentir la solitude c'est comme si je
me trouvais dans un désert, je ne sais même pasme diriger, je ne sais même quoi
faire. C'est comme si je me trouvais dans l'obscurité je ne vois pas les autres. Quels
sont ces autres? Amis? Je n'ai pas d'amis, je ne sais pas d'amis, je ne veux
pas d'amis...oui je ne veux pas d'amis, c'est qui les amis? Des personnes que
j'aime et qui n'échangent pas avec moi cet amour? Des personnes que je sers
toujours et qui ne m'estiment pas? Des personnes dont j'ai besoin et que je ne
les trouve pas? J'ai cherché des réponses, des semi-réponses, je ne les ai pas
trouvées, Je n'ai rien trouvé, je m'en fou de trouver une réponse, je n'ai pas
besoin d'une réponse, je sais la réponse, j'ai toutes les réponses à toutes les
questions, je sais bien la signification d'un ami et d'une amitié, je n’ai pas
trouvé des amis, l'estime, l'aide, je n'ai pas trouvé l'amour, c'est quoi
l'amour? Où se trouve l'amour? Chez qui? Ils disent que l'amour n'a pas de
prix, n'a pas d'âge, ne prend pas en considération les différences sociales,
n'est pas concret, s'échange par les sourires et les coups légers, s'exprime par
les regards, et la seule façon pour qu'il prenne fin est la mort. J'avoue que
j'ai essayé de vivre l'amour, de vivre cet amour (chose non concrète, sans prix,
sans âge,.....etc.), malheureusement j'ai échoué, je ne sais pas pourquoi? J'ai
reculé un peu vers l'arrière, et j'ai trouvé que tous les dits adjectifs ne
sont pas qualificatifs pour l'amour, ce n'est pas une nouvelle, j'ai appris des
leçons similaires dès longtemps, je ne verserai jamais des larmes pour
l'amour, oui jamais, oui j'ai décidé, je n'ai pas besoin d'amour, pourquoi
l'amour? Pour pleurer? Pour souffrir? Pour affliger? Je ne veux pas pleurer, je
ne veux pas souffrir, je ne veux pas m'affliger de quelqu'un....... Dès
aujourd'hui je vivrai seul, sans amour, peut être avec des amis, mais ils ne
seront jamais des héros, c'est moi le héros, c'est moi le réalisateur, c'est
moi le personnage principal, le premier et le dernier acteur, je serais le seul
acteur, je suis adapté à la solitude, j’ai senti le bonheur seul, je ris seul,
je m'envole seul, je n'ai pas souffert, ni pleuré, ni senti la tristesse quand
j'était seul. En revanche , j'étais heureux, j'étais un roi, et c'est pour ça que
je suis LONELY et je resterais LONELY.
 

 

 

                                                                                                                                               corrigé par Margareth

Repost 0
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 19:30

         A chaque jour des événements se produisent ; notre choix s’
est posé sur un événement  qui se passa à notre centre de formation .
la duration de celle-ci est une année durant cette période on se prépare pour être
enseignant ; voire acquérir les compétences nécessaires. Les admis ;
qui ont réussi l'examen sont des étudiants et des étudiantes soient deug-est
soient licenciés. Notre remarque vient mesurer l’écart entre le nombre des filles
(étudiantes) et les garçons (étudiants). 87 étudiante face 24 étudiant ;
ce résultat criminel qui vient exclure le masculin n est autre qu’une politique
planifiée de notre gouvernement. La justification majeure que nous avons accueille
due au fruit du travail du féminin. A mes yeux ceux qui ont partisan pour cette
confirmation ; ont mal compris le principe de l’égalité du sexe et celui
de l’équité. Nous sommes toujours avec la femme et leur droit ; et
également ne violer pas le droit du masculin. Nous sommes les étudiants face à
la foule des étudiantes ont deviennent effacés et timides ; cette vie dans
notre centre je la qualifie de magie et d’anormale voire une partie d’expérience
professionnelle.


        Je compte beaucoup mon présence dans cette foule des
étudiantes: des gestes spéciaux de la femme marocaine ; des messages entre
eux ; communication incompréhensible ; tantôt des comportements bizarres
entre eux ; tantôt des regards : portant la haine ;  la joie ; l’émancipation ;.


      Etre à coté d’une foule d’étudiantes sans savoir leurs
culture leurs passé ; ses émotions ….est un danger. Cette curiosité va me
pousser à relire notre histoire de la femme précisément celle d arabe.



Repost 0
Published by redouane
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 22:53

       Nous qui sommes pour la paix et le désarmement en appelons solennellement à tous les gouvernements, aux deux principales puissances en particulier, et aux nations unies. Notre action témoigne de notre angoisse mais aussi de notre espoir. Car paix et liberté ne peuvent être associées et aucun conflit n'est inévitable. Une fois encore nous répétons qu'il faut sauver ce qui peut l'être en mettant un terme à la course aux armements. Nous disons, que le désarmement, cela se négocie et que la pais n'est pas un hasard. Nous disons: négociez, avec détermination, négociez à l'Est et à l'Ouest, pour la sécurité des nations et pour que le désarmement devienne enfin une réalité. Nous disons que la course aux armements est une course à la ruine et qu'il faut donner à la vie ce qu'on gaspille pour la mort, car on peut, sans armes, combattre la misère et la faim dans le monde.

              Réf:Appel de 100 personnalités Invitant à une fête de la paix à Paris en juin 1983 

                                               

Repost 0
Published by redouane - dans la paix
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 00:55

En effet, la foret est un bien commun pour de multiples raisons qui nous concernent tous, bien que beaucoup d’entre nous ne soient propriétaire, à titre personnel, d’aucun arpent de bois.

Allons à l’essentiel : la foret régulatrice du climat et des eaux, la foret protectrice du sol, gardienne contre l’érosion et les inondations, la foret lieu de repos et de promenade, la foret source toujours renouvelée de matière première et d’énergie. Mais aussi, la foret convoitée et dépecée, la foret fragile devant la sécheresse  et l’incendie, la maladie et les insectes, exigent des soins constants(….) de la part des hommes qui, pour l exploiter doivent sans cesse la régénérer (….) .

Voilà bien des raisons d’intérêt général pour que l’Etat s’occupe de la foret. Il n’y a pas manqué, suivant les circonstances politiques et économiques. Mais, depuis la dernière guerre, et particulièrement depuis l’avènement de la 5èm république française, de nombreuses lois sont venues s’ajouter à un code forestier amplement refondu.

Il s’ajoute aussi, que la foret est bien être publique, que personne ne peut vendre ou acheter son air, leur vent. un souci simple mais fondamental qui, trouble  la mentalité. Cette mentalité criminelle des pays en voie de développement, qui encore menace ce bien être. J’estime que ce genre du pays doit sensibiliser les gens, les préparer, les porter conscience en les assumant la responsabilité. Cela peut venir en mettre en application des formateurs et des hommes de confiance, qui vont apprendre aux futures jeunes l’utilité de la foret.    

                                                             

                                                                      

                                                                       

Repost 0
Published by redouane - dans la nature
commenter cet article